Vous cherchez à écrire l’histoire d’un proche auprès d’un écrivain biographe, mais avez quelques questions ? N’hésitez pas à consulter nos réponses à vos questions ci-dessous. 

La première séance une fois que nous avons signé le contrat est un entretien libre. Vous allez commencer à nous raconter votre histoire en laissant libre cours à votre mémoire. Il n’y a donc rien à préparer.

Lors des séances suivantes, vous verrez que votre mémoire travaillera toute seule et vous aurez plein de nouvelles histoires à me raconter. Si vous souhaitez noter ces idées qui vous viennent, cela pourra vous servir de guide à la séance suivante, mais même sans cela, nous trouverons comment circuler dans votre mémoire. Donc il n’y a aucune obligation.

Il s’agit d’un livre comme ceux que l’on peut trouver en librairie, de type dos carré-collé. Je propose un format A5, mais vous pourrez choisir d’autres options si vous le souhaitez. Nous définirons ensemble le nombre de photos que vous souhaitez y mettre ainsi que leur emplacement (dans le texte ou en annexe). Vous choisirez la photo de couverture, le titre et le résumé sur la 4ᵉ de couverture. Il y aura le titre sur la tranche. 

Nous sommes soumis au secret professionnel et nous signons au début de notre collaboration un contrat qui le précise.

Il n’y a pas de règle. Mais je dirais qu’avec 10 H, on a entre 130 à 180 pages, ce qui est un temps minimum pour une histoire de vie complète.

Pour une histoire de vie standard, nous conseillons un minimum de 10 H. S’il y a des parties de votre histoire plus développées, telles que la résistance, une profession très dense, il faudra rajouter entre 2 et 5 H pour chacun de ces thèmes prédominants si vous voulez avoir le temps d’en parler de façon détaillée.

Si vous avez déjà passé une soirée à discuter à bâtons rompus avec un ami, vous ne serez pas dépaysé.

L’objectif pour nous est vraiment d’être dans une ambiance « coin du feu ». Vous me racontez votre histoire, mais je ne vous laisserai pas parler tout seul. C’est un dialogue qui vous permet de prendre confiance et de me raconter ce que vous voulez dans l’ordre où ça vous vient. Je ne prends que peu de notes car tout est enregistré. Ainsi, aucune information n’est perdue et je suis totalement avec vous, dans une ambiance détendue.

Le but premier de cet ouvrage est de poser sur le papier votre histoire.

Vous en ferez uniquement ce que vous voudrez. Si vous voulez le garder pour vous, c’est votre choix.

Classiquement, nos clients le destinent à leur famille, comme une trace de qui ils sont. C’est l’occasion de transmettre l’histoire familiale. Mais si vous voulez le rendre accessible aux inconnus, nous verrons ensemble les conditions à remplir pour cet exercice.

Il n’y a rien d’utile pour débuter nos rencontres. Si vous souhaitez en savoir plus sur vos ancêtres, je peux faire des recherches pour vous. Nous pourrons mener l’enquête ensemble pour retrouver des cousins, ou pour connaître le parcours militaire d’un grand-père. Ces informations pourront enrichir votre histoire et parfois même raviver d’autres histoires que vous gardez quelque part dans votre mémoire.

Nous devons écrire l’ensemble de l’histoire et nous revérifions toujours avec un prestataire pour un deuxième regard. Cela prend entre un mois et un mois et demi.

Puis nous vous l’apportons en version papier pour que vous regardiez si cela vous convient. C’est aussi l’occasion de revenir sur certaines anecdotes que nous n’aurions pas bien comprises, ou que vous souhaiteriez enlever de la version définitive. Il faut donc aussi le temps de votre relecture et de votre réflexion, qui souvent est à peu près d’un mois, un mois et demi aussi.

Après ça va très vite pour effectuer les dernières modifications que vous nous transmettez et éditer le livre au nombre d’exemplaires voulu.

Si votre mère peut encore parler de façon intelligible, je peux venir la rencontrer. Cette maladie atteint la mémoire récente en premier, mais nous pouvons probablement avoir des bribes de son histoire sur ses jeunes années. Je ne promets rien quant à votre période en commun, mais si elle vous reconnaît toujours, elle pourra peut-être me parler de votre naissance et de son mariage.

À partir du moment où la personne peut parler, oui. J’ai déjà eu affaire à des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson, mais aussi de maladie mentale tel que la schizophrénie et les personnes avec une atteinte dans le lobe frontal.